Randonnée au Pic Boré depuis Thollon et la Montagne des Mémises

Randonnée du dimanche 03 juillet 2011
La veille, au retour de la balade au Mont de Grange, je suis rentré par le vallon d'Abondance plutôt que par Monthey. C'est plus long, mais cela varie les plaisirs (Abondance, joli vallon agricole). En descendant j'ai revu la Dent d'Oche et les Mémises. La Dent d'Oche est déjà visitée, il me reste donc les Mémises que je vois depuis chez moi (Saint-Prex).
Je profite de ce beau dimanche après-midi ensoleillé pour découvrir ces Mémises. Départ depuis le haut de la station des télécabines, pour remonter par la piste de ski. Ce parcours est peu passionnant en lui-même, l'aménagement de la piste ayant détruit la végétation, les fleurs sont donc rares. Par contre la télécabine est délicieusement retro, elle date de 1976, avec la vue arrière qui s'ouvre sur le Léman. La montée est soutenue et la chaleur fait couler la sueur le long de nos corps. La montée se finit par la route creusée dans la roche, flanquée d'un filet de protection pour les skieurs. En arrivant au col, à côté du bâtiment de la télécabine, la vue s'ouvre sur le Pic Boré et le domaine skiable. Il y a aussi la vue sur le Léman, le Jura et préalpes, superbe. C'est aussi le lieu de départ des parapentistes et j'en profite pour les voir partir.
Je poursuis par une route de 4x4, pour contourner les lacs artificiels, réserve d'eau pour les canons à neige, devant le télésiège de la Frasse, sous les Chalets des Mémises. Je poursuis toujours par la piste de ski qui longe le télésiège Parchet. Ca n'est qu'en haut de ce télésiège que nous quittons enfin le domaine skiable, nous sommes sous le Pic Boré qui est comme une muraille.
Par un couloir pentu et caillouteux, on rejoint l'arête du Pic Boré, en passant devant une corde plein de noeuds dont je ne comprends pas l'utilité (peut-être en hiver). Il reste à gravir la pente finale, raide, mais courte pour arriver au sommet du Pic Boré, 1974m, sans cairn ni croix. Je profite de ce sommet pour marquer une bonne pause, la température est idéale contrairement à la chaude montée sous la télécabine. La vue est superbe, surprenant de voir le Léman si proche entouré des montagnes. Il manque juste le Mont-Blanc !
Après la pause, je pars par la crête O où une sente est bien tracée (non indiquée sur la carte). Peu après le sommet, un couloir permettrait de revenir rapidement sur le domaine skiable, mais je continue par cette jolie crête, c'est le passage le plus fleuri de la randonnée. Superbe. Depuis le Pt1938 (tiens sur la photo de Randalp, il y avait une croix, disparue depuis), je descends en coupant droit en bas pour la ferme de Neuva dessus et sa ruine. De là je retrouve le chemin que je suis. Par contre peu après, voyant deux traces, j'ai suivi la plus haute qui était le chemin des vaches. J'en suis quitte pour couper droit en bas et rejoindre le chemin à Les Plénets Chéravaux.
Un joli chemin me fait descendre aux ruines de Les Lanches puis je retrouve le domaine skiable (zut, déjà !) où il faut remonter sur une route de 4x4 (piste de ski). Je rejoins le plateau du domaine skiable et coupe au plus court pour retrouver le bâtiment de la télécabine. Pour rejoindre le Pic des Mémises, il faut passer par des couloirs dans ce bâtiment, puis on trouve un sentier en pente régulière montant à ce pic. Sur ce sentier, il y a des panneaux touristiques du Sentier Découverte. Puis j'arrive au Pic des Mémises (1632m), flanqué d'une grande antenne radio (ancien émetteur de Radio Thollon des années 1980, cf historique). La vue est sympa sur le Léman, mais dommage que plusieurs sapins cachent la vue vers les préalpes romandes (idem pour les autres sous sommets sur les Mémises).
Je poursuis par la crête, à flanc de coteau, pour arriver au Col de Pertuis. Sur la carte il y a un passage nommé Echelle qui est annoncée pour 12m de haut, hum terriblement tentant, mais cela ferait un détour et la route est encore longue. La descente du Col de Pertuis est fort esthétique, sous les à pics des Mémises et par un chemin taillé dans le rocher. Il est composé de cailloux, il faut donc surveiller sa progression.
La descente se poursuit pour bifurquer pour une route forestière traversant le Bois de la Corne. On arrive ensuite dans une belle clairière, au-dessus de Sur les Plagnes, où des chevaux paissent sous les Mémises. Sympa. Puis il suffit de suivre cette route, une dernière fois en forêt (un peu plus en pente), pour retrouver la ligne de la télécabine et ainsi le scooter.
Fiche
  • Difficulté : --
  • Durée : 05:17:36
  • Pause : 00:39:15
  • Dénivelé : 1661.280 m
  • Distance : 17.141 km
  • Auteur: Daniel
  • Commentaire(s): 1+

Carte topographique SuisseCarte topographique Française PeakFinder Alps
 GPX
 Google Map